top of page
Rechercher

Banque du Canada appuie une fois de plus sur le bouton “snooze”, vont-ils être en retard au travail ?

Cher Lecteur,


La Banque du Canada (BdC) a annoncé ce matin (10 avril) qu'elle maintenait son taux directeur à 5,0 %. Les économistes et les analystes du marché anticipaient largement cette décision. Le communiqué de presse confirme cependant que les hausses de taux ne sont plus une possibilité et qu'une baisse de taux pour juin est désormais envisageable. Lors de la conférence de presse, le gouverneur de la banque, Tiff Macklem, a déclaré : "Des baisses de taux en juin sont envisageables". Ils considèrent désormais que l'économie est en "Excès d'offre". La prochaine réunion de la BdC est prévue le 5 juin 2024.






Inflation et économie


La raison pour laquelle la BdC est désormais plus encline à envisager des baisses de taux plus tard cette année est que toutes les mesures économiques qu'elle suit évoluent dans la bonne direction pour freiner l'inflation. L'inflation pour février (la dernière donnée disponible) était de 2,8 %, en baisse par rapport à 2,9 % en janvier. La plupart des composantes pour l’inflation sont en baisse, à l'exception du coût du logement. Le coût du logement est un mélange de paiements hypothécaires (influencés par les taux d'intérêt hypothécaires) et de paiements de loyer, principalement influencé par le manque de disponibilité des logements en location et les taux d'intérêt hypothécaires. Ainsi, attendre que la composante logement diminue est une mauvaise idée, car la réduction des taux aidera à soulager la pression sur cette composante de l'inflation.


L'économie ralentit maintenant. Nous avons le PIB à seulement 1 % pour le dernier trimestre de 2023, et le taux de chômage est maintenant à 6,1 %. Le chômage augmente constamment depuis le minimum de 4,9 % en juin 2022. Le chômage est également un indicateur retardé, car les entreprises ne veulent pas réduire leur effectif pour un seul trimestre difficile et risquer de perdre des employées qu'il sera compliqué de remplacer. Ainsi, s'ils commencent à licencier des personnes, cela signifie qu'ils ne s'attendent pas à ce que l'économie se redresse dans un délai justifiant le maintien du même effectif.

Pour le marché immobilier, le sommeil de la BdC se traduit également par des chiffres de ventes lentes dans l'immobilier. Dans le Grand Vancouver, 2 415 unités ont été vendues en mars. Cela représente une baisse de 4,7 % par rapport à mars 2023 (2 535 unités vendues). N'oublions pas que l'année dernière, les taux d'intérêt étaient plus bas qu'aujourd'hui. Cela représente une baisse de 31,2 % par rapport à la moyenne décennale des ventes de mars. C'est également en dessous de la moyenne de 20 ans du nombre de ventes pour mars. Cependant, le prix a augmenté de 1 à 2 % selon le type de propriété. Cela est dû au fait que de nombreux acheteurs attendent un signe clair indiquant que la BdC a fini d'augmenter ses taux et commence à les réduire.


La BdC est-elle en retard au travail ?


Je pense que oui, ils auraient pu réduire les taux aujourd'hui de 0,25 % sans risque d'augmentation de l'inflation. Les données du marché immobilier de Toronto et de Vancouver montrent toutes deux qu'un peu plus d'activités n'aurait pas eu d'impact sur les prix à la hausse. Cela aurait donné aux détenteurs de prêts hypothécaires à taux variable quelques dollars de plus pour les dépenser ou rembourser leurs cartes de crédit. Cela aurait également réduit le coût du crédit pour les entreprises, ce qui aurait pu réduire leur besoin d'augmenter constamment leurs prix en compensant d'autres hausses de coûts. En fait, à ce stade, la réduction des taux aiderait probablement à réduire l'inflation. Cela aiderait également à commencer la construction de plus de propriétés, car les coûts d'intérêt sont vraiment importants dans les projets de développement. De plus, cette mesure n'aurait pas affecté les taux hypothécaires fixes, car ils sont déjà en baisse par rapport à leur pic de l'automne dernier. Le risque qu'ils prennent en attendant est de causer des dommages inutiles à l'économie, ce qui rendrait la reprise d'autant plus longue. Ils risquent également de créer une boucle d'auto-alimentation d'une mauvaise économie créant des conditions économiques encore pires en incitant les gens à reporter de gros achats en les incitant à épargner davantage pour se préparer à des jours plus sombres.


Conseils pour les détenteurs et chercheurs de prêts hypothécaires


Si vous avez un prêt hypothécaire, rien ne change pour vous. Si vous avez un renouvellement dans les 12 prochains mois, vous devriez commencer votre processus plus tôt que tard, car vous pourriez courir le risque d'un choc de paiement.


Si vous recherchez à acheter une propriété, votre préapprobation ne change pas. Si vous n'êtes pas encore préapprouvé, je vous suggère de commencer votre processus maintenant et de ne pas attendre que les grandes nouvelles de réduction des taux d'intérêt arrivent. Vous aurez ainsi la chance de faire vos recherches dans un marché avec plus d'inventaires et moins de concurrences que si vous attendez les baisses de taux.


Si vous avez besoin d'aide pour un prêt hypothécaire, vous pouvez me contacter ou contacter Gina en prenant rendez-vous :





Cordialement,


Simon Bilodeau

Courtier Hypothécaire

DLC-Mortgage Negotiators

604-828-9864


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ความคิดเห็น


bottom of page